Actualités > Les Echos (26 juin 2012) – Le Public Système prévoit d’accueillir jusqu’à 5.000 personnes par jour au Club France

Les Echos (26 juin 2012) – Le Public Système prévoit d’accueillir jusqu’à 5.000 personnes par jour au Club France

Dans un monument historique au pied de Tower Bridge, le spécialiste de l’événementiel organisera des animations pendant toute la durée des jeux.

Le Public Système gérera le Club France pour le compte du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), suite à un appel d’offres gagné il y a dix-huit mois déjà. Cet espace ouvert aux sportifs, aux médias, aux sponsors et au public prendra place dans un cadre prestigieux, The Old Billingsgate, un monument historique au pied de Tower Bridge, sur les bords de la Tamise. Pour le Public Système, tout l’enjeu est d’en faire « the place to be ».

« Il y aura des rencontres avec athlètes, des expositions des partenaires olympiques, des animations avec les régions de France, un mur d’images pour suivre en direct les performances sportives, et chaque soir une fête des médailles pour célébrer les victoires de la journée », précise Frédéric Bedin, président du directoire, qui espère accueillir jusqu’à 5.000 personnes par jour. Si les particuliers peuvent accéder au Club France moyennant un ticket d’entrée de 5 à… 360 euros, selon la formule choisie (Eventeam propose divers packages), d’autres espaces sont privatisables pour une journée ou pour les jeux : salons de 10 à 40 personnes à utiliser en showroom ou en « lounge », espace Tamise permettant d’accueillir 100 à 150 invités, etc.

Communication digitale

Le Public Système Hopscotch est rompu aux grands événements : il a notamment organisé cette année la réouverture du Palais de Tokyo, la convention Safran, réunissant 3.500 personnes, ou encore le lancement de la nouvelle gare Saint-Lazare.

Coté en Bourse, le groupe né du rapprochement du Public Système, de Hopscotch et de Heaven marie relations publiques, événementiel et marketing interactif. Le tout réunit 550 collaborateurs et pèse 155 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011 (+ 19,6 %) et 57 millions de marge brute (+ 24 %). Le groupe a internationalisé son modèle via des hubs régionaux en Irlande, en Chine et en Afrique, afin d’accompagner ses clients. « Nous réalisons désormais 25 % de nos revenus à l’international et entendons porter ce chiffre à 35 % en 2015 », souligne Frédéric Bedin. Et ce, en s’appuyant notamment sur des partenaires comme Amex et son département événementiel. L’an dernier, le groupe s’est renforcé dans la communication digitale, qui représente déjà près du tiers de ses revenus et tire sa croissance. Le Public Système cultive d’ailleurs son côté start-up : il s’est doté d’un incubateur permettant à ses collaborateurs de créer leur propre activité entrepreneuriale, et d’une cellule de veille dans la Silicon Valley.

Article paru dans l’édition du mardi 26 juin 2012 – Les Echos – journaliste : Martine Robert

Comments are closed.